W_fvm_1684

Trophées, Grands Prix : le mode d’emploi

Les Multi50 disputent actuellement le Grand Prix Valdys à Roscoff puis Douarnenez. La semaine précédente, ils étaient à Saint-Quay Portrieux pour le Trophée des Multicoques Baie de Saint-Brieuc ; au mois de mai, ils étaient à Brest pour un nouveau Trophée.

Trois épreuves de ce type jalonnent donc chaque année le calendrier Multi50 et si les transats en solo et en double restent les objectifs majeurs de bateaux taillés pour le large, les trophées (ou grands prix) sont indispensables pour régler les bateaux, parfaire les manœuvres, étalonner les compteurs, accroitre la cohésion de classe et la visibilité des bateaux et de leurs partenaires.

Quels parcours ?
Tous les trophées Multi50 fonctionnent de la même façon. Ils se déroulent sur 3 à 8 jours. Les bateaux quittent chaque matin le ponton et rentrent le soir vers 17 h après avoir disputé une à quatre manches. Ces manches sont soit des parcours côtiers (avec des marques de parcours naturelles ou fixes, balises, îles, etc…), soit des parcours construits (avec des bouées glonflables mouillées pour l’occasion), soit des sessions de runs quand le vent est supérieur à 15 nds. Les départs ont toujours lieu entre une bouée et le “bateau comité”, armé de ses drapeaux qu’il hisse ou affale pour indiquer aux équipages le temps restant avant le top départ.
Quel équipage ?
L’équipe est composé de 5 personnes maximum : le barreur, le tacticien, l’équipier d’avant et deux régleurs. Chaque bateau peut également embarquer jusqu’à 4 invités, qui eux, n’ont pas le droit de participer aux manœuvres (équité oblige…). La classe Multi50 est la seule à embarquer des invités lors des régates. Un peu comme si vous faisiez Paris-Roubaix sur le porte-bagage de Chris Froome…
Qui gagne ?
Le classement se fait aux points. Le premier de chaque manche a 1 point, le 2ème a 2 points, etc… Celui qui ne court pas (DNS – Do Not Start) ou abandonne (DNF – Do Not Finish) a “le nombre de participants + 1” points. Les points de chaque manche s’additionnent. Celui qui a le moins de points à la fin du trophée remporte l’épreuve. Pour pimenter l’affaire, certaines manches sont dotées de coefficients. Sur le Grand Prix Valdys, chaque manche (parcours côtier ou construit) a un coefficient 1. La grande course de nuit est de coefficient 3. Chaque session de runs est de coefficient 1. Celui qui fait le meilleur temps sur la session obtient donc 1 point, le 2ème meilleur temps obtient 2 points, etc… Dans certains trophées, le classement prévoit d’ôter la plus mauvaise manche de chaque bateau, rayée sur le tableau ci-dessous, différence entre les points totaux et les points retenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *