Pierre-Bouras_reaute-chocolat_AQ1I8060

Sublime départ en tête signé Armel Tripon !

C’est parti pour la Route du Rhum-Destination Guadeloupe et RÉAUTÉ CHOCOLAT ne pouvait pas rêver mieux !  Armel Tripon a pris le meilleur départ des Multi50, viré le mythique cap Fréhel en tête et tenait encore le leadership après plus de deux heures de course. Quelle fête !

Il était tendu avant le départ, Armel Tripon – comme rarement on l’avait vu avant une grande course – mais ça valait le coup ! Quel spectacle ce dimanche midi au large de Saint-Malo quand le skipper de RÉAUTÉ CHOCOLAT a choisi une préparation de départ sous le vent, relativement loin des cinq autres Multi50, mais parfaitement lancé, avec la bonne toile… C’était la bonne stratégie, excellente même, car lancé à pleine vitesse, RÉAUTÉ CHOCOLAT coupait la ligne juste derrière les trois Ultimes géants de Thomas Coville, François Gabart et Armel Le Cléac’h… et même devant Francis Joyon et Sébastien Josse, tous à bord de trimarans de 30 mètres ! Avec un meilleur angle au vent de sud-est d’une vingtaine de nœuds, Armel Tripon a ensuite devancé ses cinq vrais concurrents – les autres Multi50 – en s’échappant de Saint Malo à 30 nœuds de vitesse sur ses foils, prenant quelques longueurs d’avance et virant le cap Fréhel une demi-heure seulement après le départ, donné comme prévu à 14h… Sublime, juste sublime !

Comme dans un rêve

Car enfin, quelle fête pour les supporters du skipper nantais et de RÉAUTÉ CHOCOLAT que de voir leur skipper signer ce départ incroyable d’autorité, de vitesse et de précision, devant les dizaines de milliers de spectateurs massés sur les falaises du cap Fréhel. Impossible de rêver meilleure entame évidemment et deux heures après le départ, RÉAUTÉ CHOCOLAT menait encore la flotte des Multi50, juste derrière les Ultimes géants et devant les monocoques IMOCA du Vendée Globe.

 La Route du Rhum est partie et donc formidablement partie pour RÉAUTÉ CHOCOLAT et Armel Tripon, même si l’on sait bien que ce ne sont que les toutes premières heures de course et qu’il faudra négocier le passage d’une grosse dépression dans le golfe de Gascogne dans la journée de mardi. On estime à environ 9 à 10 jours le temps qu’il faudra aux Multi50 pour rejoindre la Guadeloupe, soit deux jours de moins que le record actuel dans cette catégorie. D’ici là, il va y en avoir des aventures, des changements de leaders et des péripéties, évidemment. Mais commencer la course comme ceci est forcément excellent pour le moral du marin solitaire, qui voit maintenant s’éloigner les derniers bateaux spectateurs et se retrouve seul devant l’immensité atlantique. A 16h, soit deux heures après le départ, RÉAUTÉ CHOCOLAT filait encore à 24 nœuds et était crédité de 5 milles d’avance sur ses deux plus proches concurrents, à savoir Thibault Vauchel-Camus et le grand favori Erwan Le Roux. Bravo Armel, c’est du grand art ! 

Les derniers mots d’Armel Tripon avant le départ :

« Le départ est un vrai soulagement : c’est le moment où tu es de nouveau à ta place, dans ton élément, où tu dois faire ce que tu sais faire et le mieux possible. C’est pour ça que toute l’équipe de RÉAUTÉ CHOCOLAT a travaillé si dur et si bien, alors il faut y aller. Forcément, ça fait un peu bizarre de quitter tout le monde, mais en même temps toute la pression de l’événement – énorme et assez énergivore – va retomber dès que les derniers bateaux spectateurs auront disparu et qu’on sera seuls en mer. Je ne ressens pas de peur, ce n’est pas le mot, mais il y a forcément un peu d’appréhension et une part d’inconnu. C’est salutaire d’ailleurs cette boule au ventre, il faut qu’elle soit là, ce ne serait pas normal de ne pas ressentir une forme de stress avec les conditions qu’on va affronter, notamment mardi dans le gros temps. Il faudra savoir doser la vitesse : ne pas être trop lent pour ne pas subir, mais ne pas être trop rapide non plus pour ne pas faire en permanence du saut de vagues. J’ai une grande confiance dans mon bateau, dans ma préparation, je suis en alerte… On sait que la Route du Rhum ne se gagnera pas forcément dans les trois premiers jours de course mais en revanche on sait aussi qu’elle peut se perdre dans ces mêmes trois jours. Donc voilà, il faut doser et tout se passera bien ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *