C’est une carte postale quasi paradisiaque que nous dresse Armel Tripon en ce dimanche de novembre. Du soleil, de la chaleur, de la vitesse… la vie à bord des P’tits Doudous a tout pour donner le sourire à ses skippers. Ajoutons à cela une stratégie qui leur a permis de se recaler dans le match au passage des Canaries et de pointer désormais à la quatrième position… et le tableau est complet, heureux et enthousiasmant. Certes, pour arriver à cela, les marins doivent s’imposer un rythme intense et accepter de voir leurs plages de repos respectives entrecoupées pour enchaîner les manœuvres. Mais le jeu en vaut la chandelle et c’est bien là tout l’intérêt du double. Le prochain point de passage délicat s’annonce d’ores et déjà sur la route d’Armel et Benoît Marie avec la négociation du Pot au Noir, un passage obligé qui va inévitablement venir pimenter cette Transat Jacques Vabre. Vivement la suite !

 

Armel Tripon évoquait les conditions de navigation ce matin lors d’un message envoyé à l’équipe à terre : « Dimanche en direction des îles du Cap Vert et du Pot au Noir. On a quitté les Canaries il y a à peine deux jours et là ça descend très très vite avec des bords assez hallucinants où le bateau est à 23/24 nœuds. La mer s’est vraiment aplatie donc c’est super agréable. On est sous le soleil, ça va vite, au chaud. Les voiles sont magnifiques et Les P’tits Doudous cavalent ! On reprend des milles sur nos concurrents. On essaie de jouer les bascules au mieux et de se positionner pour la suite. C’est vraiment sympa, en revanche, ça fait beaucoup de manœuvres et des petites nuits entrecoupées où à chaque fois notre quart dure une demi-heure au lieu de durer deux heures. Mais c’est le prix à payer et on est quand même bien content de faire avancer ce bateau le plus vite possible au bon endroit ».

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *